Yvette Gouache

Juin 1997

Spleen

Les nuages se sont amoncelés
A l'horizon de mon automne
Les mots dans ma tête rassemblés
Comme des feuilles tourbillonnent.

Les yeux fermés sur ce cauchemar
Qui m'envahit et me fait peur
Je suis perdue dans ce brouillard
Sans la moindre petite lueur.

Si je suis devenue inutile
Si je ne sers plus à rien
Faire l'autruche serait bien facile
Mais hélas ! Ne résoudrait rien.

Il sont ma vie, mon énergie
Les aimer, suffit à mon bonheur
Maintenant qu'ils sont partis
Ils seront toujours dans mon cœur.

Mes petits enfants bien aimés
Tous, vous m'avez rendu heureuse
Aujourd'hui nous sommes séparés
Et mamie est bien malheureuse.
09 juin 1997

Aimer

Rien n'ai jamais gagner rien n'est jamais perdu,
Et pourtant on le dit ; un bienfait n'est jamais rendu.
Aller son droit chemin, marcher la tête haute
Votre conscience vous dit :"Vous n'êtes pas en faute".

Qu'il est donc difficile de trouver l'équilibre,
Ou l'on aime pas assez, ou l'on aime trop.
Et ce choix bien sûr, vous êtes tout à fait libre
Mais hélas ! Bien souvent vous avez le cœur gros.

La vie n'est pas une mince affaire
Et chaque jour qui passe elle vous bat le rappel
Pour montrer qu'ici bas tout n'ai pas fait pour plaire
Que nous devons la subir même si elle est si cruelle.

Aimer c'est tout donner et se donner soi-même
Aimer c'est pardonner, aimer c'est comprendre
Que ce verbe était doux quand on s'est dit "Je t'aime"
Mais l'amour s'il faut le donner, il faut aussi le rendre.


15 juin 1997

Nous deux

Merci mon Dieu ! tu as permis que pendant ces turbulences
Nous puissions être ensemble, comme deux mains unies
Pour ne se laisser aller à la désespérance
Pour affronter à deux les chagrins la vie.

J'ai toujours apprécier le ciel pour sa clémence
Envers notre foyer, la famille, les amis.
Mais aujourd'hui mon cœur exprime sa souffrance
Et nous avons besoin de nous sentir unis.

Dans ce malheur qui frappe nos enfants.
Je sais que près de moi, attentif et aimant
Il y a toujours un cœur qui m'aime et me soutien.
Qui m'aide à comprendre, qui m'épaule et me tient.

J'ai si peur de tomber, de me laisser aller
De savoir qu'aux enfants, les ailes sont coupées
Qu'il faudrait beaucoup plus d'amour donné
Pour faire oublier qu'ils ont été lésés.

Comment leur faire comprendre que maintenant il est grand
Lui dire que malgré tout, il reste notre enfant
Et qu'on l'aime pour lui et qu'on voudrait tant l'aider
Mais que c'est impossible, on ne peut que l'aimer.

 

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut